Derniers produits inserés :
Rechercher un produit
Dernières contributions :
Télécharger le pdf "Article EJA 2014 CIRAD" , Article « Coupling a sugarcane crop model with the remotely sensed time series of fIPAR to optimise the yield estimation » publié par le CIRAD dans le numéro (...)

Télécharger le pdf "Article RS 2014 CIRAD" , Article « Toward a satellite-based system of sugarcane yield estimation and forecasting in smallholder farming conditions : a case study on Reunion Island » (...)

Toutes les contibutions

Glissements de terrain

Contexte

Les risques naturels (mouvements de terrains, coulées de boue, inondations, cyclones, éruptions) sont très élevés sur l’île de la Réunion. Ils sont liés à la combinaison de l’activité volcanique et de précipitations exceptionnelles, atteignant parfois des records mondiaux sur des durées comprises entre 24 heures et 15 jours, sur des sols poreux et friables. Actuellement, deux Plans de Prévention des Risques naturels prévisibles (PPR) existent sur les communes de Saint-Paul et Saint-Denis.

Travaux actuellement menés par les équipes scientifiques

Un projet régional, intitulé « Typologie et suivi des mouvements de terrain de grande ampleur dans les cirques et les grandes ravines de la Réunion », est en cours de portage auprès de différentes instances (Région, Département, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement).

Ce projet prévoit notamment une recherche systématique des grands mouvements actuels ou anciens, leur identification et le suivi de leur activité. Différentes techniques seront testées pour la quantification des mouvements et leur suivi (nivellement, interférométrie radar si possible avec Envisat, GPS, dispositifs de suivi de l’ouverture des grandes fractures).

Une base de données des mouvements de grande ampleur sera constituée (localisation, date, durée, description du mouvement, signes avant-coureurs, morphologie de la surface du sol avant et après, zones de départ et d’arrivée des terrains déplacés, volume mis en jeu, structure géologique, hydrogéologie - en particulier indication des sources pérennes ou non -, conditions hydrologiques - distribution des précipitations dans le temps avec le pas de temps le plus fin possible - et toutes observations utiles).

Intérêt d’une base de données télédétection de référence

Sur ce thème, les cibles d’intérêt sont toutes situées à flanc de montage ou dans l’intérieur des cirques, c’est-à-dire dans des zones fréquemment nébuleuses. C’est pourquoi les attentes sont plus fortes vis-à-vis des données radar que des données optiques. Néanmoins, des données optiques haute résolution peuvent apporter des éléments très importants.

Concernant les données radar, le projet prévoit de s’appuyer sur des données Envisat, la Réunion ayant le statut de site pilote sélectionné par l’ESA. L’accès à des séries temporelles Radarsat en mode fin pourrait permettre de tenter une évaluation des couples interférométriques accessibles, en lien avec la surveillance des mouvements mise en place par le projet. Les informations quantitatives attendues sont relatives aux paramètres descriptifs du mouvement.

L’imagerie optique haute résolution, si possible stéréoscopique, doit quant à elle fournir des éléments quantitatifs sur la géométrie des sites instables, paramètre d’entrée dans les modèles de simulation de mouvements de terrain.

Point de contact

Le scientifique responsable de cette activité est Claudie CARNEC du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), qui coordonne les actions de veille technologique pour les mouvements de terrain par techniques spatiales.