Derniers produits inserés :
Rechercher un produit
Dernières contributions :
Télécharger le pdf "Article EJA 2014 CIRAD" , Article « Coupling a sugarcane crop model with the remotely sensed time series of fIPAR to optimise the yield estimation » publié par le CIRAD dans le numéro (...)

Télécharger le pdf "Article RS 2014 CIRAD" , Article « Toward a satellite-based system of sugarcane yield estimation and forecasting in smallholder farming conditions : a case study on Reunion Island » (...)

Toutes les contibutions

Observatoire de la Côte Aquitaine

Contexte

La côte aquitaine constitue un littoral rectiligne qui s’étend sur 240 kilomètres. A mi-chemin, le bassin d’Arcachon marque un point d’inflexion dans la morphologie côtière et les transits sédimentaires.

Ce littoral urbanisé et à forte vocation touristique est en permanence soumis à une intense dynamique sédimentaire (déplacement des stocks sableux, impact de la houle, du vent, des marées, des tempêtes…). Les enjeux socio-économiques sont tels que l’aléa érosion marine, traduit par un Plan de Prévention des Risques Littoraux sur la façade océanique, doit être pris en compte dans la politique d’aménagement du territoire. Il est donc nécessaire de comprendre les mécanismes qui régissent ces dynamiques, de façon à pouvoir si possible anticiper et prévenir leurs conséquences.

C’est dans ces objectifs de connaissance, d’anticipation et de quantification des mouvements de la côte aquitaine, et en particulier du bassin d’Arcachon, que des programmes d’analyse et de suivi ont été inscrits aux derniers Contrats de Plan État-Région (1996-2000, 2000-2006) et au Contrat de Projet 2007-2013, réunissant l’État, le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil Général de la Gironde, le Syndicat Mixte du Bassin d’Arcachon, le BRGM et l’ONF. Ce projet, intitulé « Observatoire de la Côte Aquitaine », propose en outre des expertises permanentes liées aux événements (instabilités ou aménagements côtiers) qui permettent d’appliquer les résultats de ces analyses aux besoins des politiques publiques.

Travaux actuellement menés par les équipes scientifiques

Une première collaboration entre l’unité mixte de recherche EPOC de l’Université Bordeaux 1 et le BRGM a permis d’évaluer le potentiel multi-thématique de Spot 5 sur le bassin d’Arcachon. Cette évaluation a porté sur la cartographie des entités littorales situées aussi bien en domaine lagunaire que maritime.

La méthode utilisée se décline en trois étapes :

- Des reconnaissances de terrain, complétées par de la photo-interprétation, sur des zones « d’entraînement ». Ces zones, d’extension restreinte, sont choisies afin de présenter une grande diversité morphologique et bio-sédimentaire ;

- Une validation exhaustive des contours des entités issus du traitement des images Spot 5 avec ceux déterminés sur le terrain sur ces zones « d’entraînement » ;

- L’application à l’ensemble du domaine d’étude des traitements Spot 5 validés. Les résultats sont alors évalués sur des zones de « contrôle » distinctes des zones « d’entraînement ».

Les premiers résultats révèlent que Spot 5 se montre performant dans le suivi d’indicateurs littoraux clés à des échelles saisonnières à pluriannuelles. Ceci concerne l’évolution morphologique du littoral (érosion, équilibre, accrétion) grâce au suivi du pied de dune, des faciès dunaires et des marques d’érosion.

D’une façon générale, le potentiel de Spot 5 est considérable pour la cartographie et le suivi des sols nus et de la végétation (océanique et lagunaire, slikke et limites de végétation en bordure de schorre). Cependant, même si on distingue clairement différentes zones de végétation, il n’est pas toujours possible de reconnaître de façon sure leur type et des mesures de spectres in-situ sur des végétations répertoriées sont nécessaires. Les résultats préliminaires permettent de dresser une cartographie fiable des indicateurs géomorphologiques suivis pour l’étude de l’évolution de la façade océanique du bassin d’Arcachon, tels que la dune blanche et grise, le pied de dune, la laisse de haute mer, la berme ou la limite entre le sable et l’eau.

A court terme, Spot 5 offre des applications intéressantes pour le suivi de l’évolution du trait de côte à des échelles saisonnières à pluriannuelles. L’amélioration de la détection et de l’extraction des laisses de haute mer et des dunes embryonnaires devrait permettre de mieux quantifier cette évolution. Les travaux se poursuivent actuellement dans le cadre de l’Observatoire de la Côte Aquitaine pour améliorer la classification thématique du littoral du bassin d’Arcachon.

Intérêt d’une base de données de télédétection de référence

La base de données Kalideos Littoral offre la possibilité d’utiliser des données Spot en grand nombre, sur une longue période (donc dans diverses conditions) et à des résolutions différentes, ce qui permet :

- De mieux caractériser le rapport entre la réflectance et les différents indicateurs géomorphologiques suivis (barres, baïnes, limite du pied de dune, végétation dunaire et lagunaire, chenaux, bancs sableux…) afin d’améliorer la méthode de classification thématique ;

- D’étudier les évolutions au cours du temps de chacun de ces indicateurs.

Point de contact

La coordination de cette activité est assurée par Cyril MALLET du Service Géologique Régional Aquitaine du BRGM.